13 Juillet 2015

Sièges-auto, transats : assis mais pas trop longtemps !

  •  Envoyer à un ami
  •  Partager

En sièges-auto ou dans des transats : les bébés passent du temps assis et attachés. Or les petits ont surtout besoin de bouger pour bien grandir. Comment les choisir et les utiliser au mieux ?

Les recommandations de Nathalie Collin-Bétheuil, psychomotricienne à Alfortville et présidente de l’association « Le Réseau des Psychomotriciens de la Petite Enfance ».

 

Un siège-auto adapté au poids ou à la taille de l’enfant

Jusqu’à 10 ans, le siège-auto est obligatoire pour le jeune enfant. Lors de l’achat, choisissez-le en fonction du poids de votre enfant (les sièges sont classés en 5 catégories) ou en fonction de sa taille. «Pour  les nourrissons, optez plutôt pour un lit-nacelle dans lequel il sera allongé, il y sera sont plus en sécurité », conseille Nathalie Collin-Bétheuil.  « Le siège est recommandé quand le bébé se met assis par lui-même ».

N’achetez pas un siège trop grand, l’enfant a besoin d’être bien tenu. Évitez aussi l’achat de sièges d’occasion, ils peuvent avoir été impliqués dans un accident et être moins efficaces. Choisissez un modèle confortable avec des renforts pour la tête et si possible avec un repose pieds. Il est conseillé d’installer le bébé dos à la route (les modèles actuels le permettent jusqu’à 9 kg), idéalement à l’arrière, sinon à l’avant à condition de désactiver l’airbag. Ensuite le mieux est de le positionner au centre à l’arrière. Pour les plus grands, assis sur un rehausseur équipé d’un dosseret, veillez à ce que la ceinture de sécurité passe bien au milieu de la clavicule et non sous le cou.

Des pauses lors des longs trajets

Attachez toujours votre enfant au siège-auto, même pour des trajets courts. Cela est obligatoire. La majorité des accidents ont lieu lors de petits trajets du quotidien. Pour les longs trajets d’été, protégez les vitres de pare-soleil et en cas de forte chaleur, mettez une climatisation douce ou aérez légèrement ; donnez-lui un biberon d’eau à portée de main. Faites des pauses au minimum toutes les 2 heures, l’enfant a besoin de se dégourdir, et vous aussi !

Les transats… à utiliser avec modération

« En dehors de la voiture, lorsque l’on peut offrir au bébé un espace dans lequel il peut se mouvoir, il faut le lui proposer », estime Nathalie Collin-Betheuil. « Les tout-petits restent trop longtemps dans leurs transats, cela entrave leur développement. Ils ont besoin de bouger pour se développer, de découvrir leur corps et leur environnement, de passer du temps au sol, libres de leurs mouvements. Ils ont aussi besoin du contact de l’adulte, d’être portés dans ses bras. » Alors, faut-il proscrire le transat ? « Non, à condition de l’utiliser modérément : au moment du repas et de la digestion par exemple ou ponctuellement en dépannage.  Pour les nourrissons, je conseille le « cocoon baby », sorte de gros coussin ovale qui épouse la forme du corps du bébé. C’est confortable et le petit peut se sentir enveloppé et contenu. »

Quant au transat, l’important est de pouvoir incliner le dossier  en position semi-allongée, de le choisir confortable avec une toile pas trop dure, afin d’envelopper  le bébé sans l’enfermer.  Il faut que l’enfant puisse tourner la tête de chaque côté, sinon le crâne risque de se déformer (plagiocéphalie).

Et lorsque l’enfant gigote, « sortez-le du transat, car il contracte ses muscles pour se redresser et ce n’est pas bon ; il risque de tomber et de retourner le transat sur lui. »

 

Pour en savoir plus

  •  Envoyer à un ami
  •  Partager