13 Juin 2016

En crèche : les transmissions, un temps de partage

  •  Envoyer à un ami
  •  Partager

Les transmissions constituent la clé de voûte de la relation que les parents et professionnels construisent autour de l’enfant.
Avec Aline Rémy, auxiliaire de puériculture à la crèche de la Paix à Choisy-le-Roi.

Avec Aline Rémy, auxiliaire de puériculture à la crèche de la Paix à Choisy-le-Roi.

Les transmissions commencent au moment de l’arrivée de l’enfant à la crèche, lors de la période dite « d’adaptation ». « C’est là que démarre l’échange, explique Aline Rémy. Nous parlons beaucoup de tout ce qui concerne l’enfant : son état général, son développement, ses habitudes alimentaires, ses habitudes de sommeil, ses réactions. Cela nous permet de le connaître et de coller le plus possible à ses habitudes. Sans remplacer les parents, nous effectuons les mêmes gestes qu’à la maison, et c’est rassurant pour l’enfant. Nous essayons de créer une continuité dans la relation qu’il a avec ses parents. »

La période d’adaptation passée vient le temps des transmissions journalières. Accueilli le matin par une auxiliaire de puériculture, le parent raconte en présence de l’enfant, tout ce qui s’est passé depuis la veille : les repas, la nuit, son état. Toutes les informations sont consignées dans un cahier et transmises au reste de l’équipe. L’enfant a mal dormi ? Il lui sera proposé une sieste le matin si l’auxiliaire voit qu’il en a besoin. Il a une diarrhée ? La cuisinière lui préparera un régime antidiarrhéique pour son déjeuner… Au-delà de l’échange d’informations, ce temps est précieux car c’est un moment de transition où le parent passe le relai, en confiant son enfant à la professionnelle. « C’est le premier repère de la journée pour l’enfant ».

La transmission du soir permet de faire la transition dans l’autre sens et au parent d’être informé de la journée de l’enfant. « C’est aussi parfois, oser dire s’il y a eu des choses difficiles, se préparer à entendre le mécontentement des parents et leur donner les réponses dont ils ont besoin. C’est important que le parent puisse exprimer ses inquiétudes s’il en a. Car c’est là que se construit toute la confiance. Au-delà de l’échange d’informations, ces temps de transmissions sont pour moi, la base d’une relation d’échange et de confiance entre deux personnes qui s’occupent d’un même être », estime l’auxiliaire.

  •  Envoyer à un ami
  •  Partager