18 Août 2015

Bien au sol !

  •  Envoyer à un ami
  •  Partager

Dès que le bébé commence à jouer avec ses mains et ses pieds, vous pouvez le mettre au sol. Le tapis de sol l’aide à se développer harmonieusement car il acquiert une liberté de mouvement et apprend à se connaître.

© Alix Marnat

Avec Nathalie Collin-Bétheuil, psychomotricienne à Alfortville et présidente de l’association « Le Réseau des Psychomotriciens de la Petite Enfance ».*

Libre de ses mouvements

Vers deux, trois ou quatre mois, lorsque le bébé commence à se « rassembler » - il joue avec ses mains, s’amuse à les joindre, il les porte à sa bouche - vous pouvez le mettre sur un tapis au sol, il y sera mieux que dans un transat. C’est le moment où il commence à acquérir une conscience de son corps. Un peu plus tard, vers 6 mois, il jouera avec ses pieds. « Au sol, le bébé est acteur de ses mouvements. Il peut découvrir comment il fonctionne, ce qu’il ne peut pas faire dans un transat ou un siège auto ».

Comment aménager le tapis

Un petit tapis en mousse, une couverture : choisissez une surface ferme, mais pas dure. Veillez à le positionner dans un endroit où il se sentira contenu : dans un coin, près d’un mur et de façon à ce qu’il puisse vous voir et se sentir en sécurité. Sachez que vers 2 ou 3 mois, le bébé ne voit pas au-delà de 60 cm. Essayez de bien délimiter son espace pour lui créer une sorte de cocon, avec des petits boudins de chaque côté du tapis par exemple, un tissu au-dessus de sa tête, de façon à ce qu’il puisse poser son regard sur des objets et qu’il ne se sente pas dans le vide. Veillez aussi à ne pas le mettre sous une lampe, car il serait ébloui.

Des objets simples

Installé au sol, le bébé va pouvoir réaliser ses premières expériences sensorielles et motrices. Au tout début, vous pouvez lui mettre sur sa poitrine ou à proximité, des mouchoirs, des bouts de tissus aux couleurs vives et contrastées. Vous pouvez aussi lui proposer des petits hochets très légers, facilement préhensibles, des fleurs de bain. Il pourra les attraper, les porter à la bouche, observer leurs couleurs, les tripoter et les laisser tomber sans risque de se faire mal. « Choisissez des jouets légers, pas plus de 20 grammes », conseille Nathalie Collin-Bétheuil. « Évitez les tapis d’éveil comportant trop de stimulations, avec des jouets accrochés à un portique qu’il ne peut porter à la bouche, optez plutôt pour des choses simples ».

Des expériences au sol

« S’il sent la présence bienveillante d’un adulte à ses côtés, il pourra réaliser ses propres expériences par lui-même. »  Posé sur le dos, il va peu à peu passer sur le côté, sur le ventre, se regrouper ; il va se déplacer, prendre des appuis au sol avec ses mains, ses pieds, se retourner, ramper, avancer, reculer… Le bébé découvre qu’il peut se déplacer par lui-même et découvrir son environnement  de cette manière. Observez-le, si vous le sentez en difficulté (il est sur le ventre et n’arrive pas à se remettre sur le dos, par exemple), accompagnez-le et remettez-le dans une position où il se sentira de nouveau en sécurité », poursuit Nathalie Collin-Bétheuil. En grandissant, il va explorer d’autres lieux et s‘éloigner de son tapis. Mais il y reviendra et pourra retrouver ses jeux. Cet espace aura alors une autre fonction, ce sera son coin à lui !   

*Le Réseau des Psychomotriciens de la Petite Enfance : www.reseauppe.fr

 

© Cécile Dollé

  •  Envoyer à un ami
  •  Partager